Le 30/04/2009

La France lève le voile sur les bénéficiaires des subventions agricoles

« Producteurs de riz camarguais, gros céréaliers, mais aussi industriels du poulet comme Doux… Tous les bénéficiaires des aides agricoles européennes sont désormais connus. Parmi les exploitations qui touchent le plus, des sociétés productrices de riz en Camargue, comme les Fermes françaises (826 174 euros) ou Sociadore (624 718 euros), ou pour l’élevage, le Domaine de […]

agriculteurs-achats-alimentaires-aides-agricoles-europeennes-association-associations-caritatives-camargue-confederation-paysanne-europe-Federation-des-banques-alimentaires-financements-fonds-publics-france-jose-bove-pac-politique-agricole-commune-restos-du-coeur-riz-en-camargue-secours-populaire-subvention-subventions-transparence-financiere-union-europeenne-miege« Producteurs de riz camarguais, gros céréaliers, mais aussi industriels du poulet comme Doux… Tous les bénéficiaires des aides agricoles européennes sont désormais connus.

Parmi les exploitations qui touchent le plus, des sociétés productrices de riz en Camargue, comme les Fermes françaises (826 174 euros) ou Sociadore (624 718 euros), ou pour l’élevage, le Domaine de Berneuil, en Haute-Vienne, avec 641 730 euros.

Mais les plus gros chèques, au-delà de 500 000 euros, sont plutôt attribués à des groupes privés ou coopératifs, qui touchent des pour exporter, distiller les surplus de vin ou encore dans le cadre de restructurations, et à des , aidées pour leurs pour les plus démunis.

Ainsi, entre le 16 octobre 2007 et le 15 octobre 2008,

seize entités ont touché plus de 10 millions d’euros : parmi lesquelles le groupe volailler Doux, en tête avec près de 63 millions d’euros, Saint-Louis-Sucre (51 millions), Tereos (26 millions), la Fédération des banques alimentaires (22 millions), le Secours populaire (15 millions) et les Restos du cœur (13 millions).« agriculteurs-achats-alimentaires-aides-agricoles-europeennes-association-associations-caritatives-camargue-confederation-paysanne-europe-Federation-des-banques-alimentaires-financements-fonds-publics-france-jose-bove-pac-politique-agricole-commune-restos-du-coeur-riz-en-camargue-secours-populaire-subvention-subventions-transparence-financiere-union-europeenne

Cela faisait des années que des associations, les médias ou encore la Confédération paysanne, l’ancien syndicat de José Bové, le réclamaient, au nom de la transparence de l’utilisation des ou d’une meilleure répartition des subventions. La France avait jusque-là traîné des pieds.

C’est un règlement européen qui a rendu cette publication obligatoire dans tous les Etats-membres, à la date du 30 avril. L’Allemagne, autre grand pays agricole, rechigne pour l’instant à s’exécuter, au nom de la confidentialité des données personnelles, certains ayant engagé des recours devant des tribunaux administratifs.

La France joue, elle, la transparence, mais ne publie pas pour autant une liste des plus gros bénéficiaires. Il faut aller sur un site Internet pour faire ses propres recherches. Pas toujours facile, car il faut connaître la raison sociale des exploitations pour trouver combien elles perçoivent.

Source : lemonde.fr

Voir ici : La liste des bénéficiaires

Pour en savoir plus :

De l’absurdité des aides européennes à l’agriculture

L’ Europe réaménage la PAC dans la douleur

D’autres articles sur les subventions à l’agriculture

Publié par Observateur le 30/04/09

Print Friendly

Articles relatifs


Il y a 6 réaction.

  • Par PICHON, le 04/04/2010

    Mon cul, la liste publique des bénéficiaires des aides » maffieuses » à la PAC; parcours sécurisé pour le commun des Mortels.
    Vive la FRANCE, vive la République Bananière Française………………

    Par Gillet, le 14/05/2010

    le site Telepac n’est plus accessible cette annee

    Par SMIDTS, le 22/07/2010

    RIEN! NADA! TOP SECRET POUR SAVOIR CE QUE TOUCHENT LES AGRICULTEURS QUI VONT CONTINUER A GEMIR SUR LEUR PAUVRE VIE A SE PLAINDRE SANS QUE NOUS PUISSIONS LES TRAITER DE MENTEURS, PREUVES A L’APPUI!

    Par foucart, le 18/02/2012

    Je rencontre beacoup d’agriculteurs dans ma profession et je puis témoigner que sans les primes, beaucoup de terre seraient purement et simplement abandonnées. Evidemment, certains gagnent bien leur vie, pour l’instant les céréaliers. On oublie vite que ces subventions compensent plus ou moins les contraintes écologiques, sanitaires et sociales auxquelles sont soumis les exploitants agricoles de nos beaux pays, alors qu’on importe des produits comme le lait et l’agneau de pays qui n’y sont pas soumis. J’aimerais bien voir la tête des actionnaires et des salariés de toutes les marques européennes si les voitures chinoises et indiennes étaient vendues en France sans qu’on leur impose les mêmes contraintes qu’en France !
    Je rencontre fréquemment des éleveurs de moutons : on n’imagine pas les conditions dans lesquelles ils vivent et les difficultés qu’ils ont à remplir les conditions administratives. Qui sait par exemple que les surfaces en herbes doivent être mesurées sans les haies, les mares ? Que l’élevage des chevaux dans les mêmes parcs que les bovins a été interdit, obligeant les éleveurs à refaire les clotûres, et que cette interdiction a été levée deux ou trois ans après ? Remplissez donc un formulaire de la PAC avant de protester contre les subventions : une connexion internet rapide est est indispensable, même dans les fermes isolées !
    On ne peut pas contraindre les uns (certaines règles sanitaires sont d’ailleurs spécifiquement françaises) sans contraindre les autres, et la dispartition des primes ne peut résulat que d’une égalité des charges.

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *